Mercredi c'est poésie

Mercredi c’est poésie : Marceline Desbordes-Valmore

bonjouuuuuur,

bien trop d’énergie dans ce bonjour , qui ne reflète pas du tout mon état actuel #étaléedanslecanapé. Aujourd’hui c’est mercredi , et mercredi c’est poésie et cette semaine j’ai décidé de mettre à l’honneur une poétesse.

C’est parti !

ce gif est une référence au temps dégueulasse dont nous sommes gratifiés aujourd’hui …

 

 

Alors voilà petite anecdote de début d’article : cette semaine je voulais vous parler de ma poétesse préférée Marceline Desbordes-Valmore que j’avais découverte et adorée dans le recueil de poésie féminine de Françoise Chandernagor : Quand les femmes parlent d’amour. Et puis je me suis dit que le but de ce rendez-vous était que je découvre de nouveaux/elles poète(sse)s , que j’ouvre mes anthologies alors j’ai abandonné l’idée de Marceline et j’ai ouvert mon anthologie de la poésie française de Suzanne Julliard , au hasard, comme j’avais promis de le faire et là je suis tombée sur « les roses de Saadi » de Marceline Desbordes- Valmore, je me suis dit que c’était un signe et je l’ai alors choisi pour aujourd’hui 😉

Marceline Desbordes-Valmore

Résultat de recherche d'images pour "marceline desbordes-valmore"

Précurseure du romantisme ,Marceline Desbordes-Valmore est une poétesse française du début du XIXe siècle , son premier recueil Elegies et Romances paraît même avant Les médiations d’Alphonse Lamartine. Elle est reconnue et admirée très tôt pour  » sa plume fougueuse et inconsciente » ( Baudelaire) , Victor Hugo sera l’un des premiers à apprécier son travail. Autodidacte , sa poésie me touche par sa sincérité et la justesse des sentiments. Enfin, il convient de rappeler que bien avant Verlaine,  Marceline Desbordes-Valmore utilise déjà selon les critiques,  le mètre impair ( vers de 9,7,5 syllabes) dans sa poésie !

LES ROSES DE SAADI

d7bbe955b861f262e58c280c07fa0597

J’ai voulu ce matin te rapporter des roses ;
Mais j’en avais tant pris dans mes ceintures closes
Que les noeuds trop serrés n’ont pu les contenir.

Les noeuds ont éclaté. Les roses envolées
Dans le vent, à la mer s’en sont toutes allées.
Elles ont suivi l’eau pour ne plus revenir ;

La vague en a paru rouge et comme enflammée.
Ce soir, ma robe encore en est tout embaumée…
Respires-en sur moi l’odorant souvenir.

 

j’aime beaucoup ce poème surtout le dernier vers, je le trouve très pictural et doux,  idéal en cet après-midi pluvieux au bord de la mer 🙂

bonne journée !!!

 

Publicités

2 réflexions au sujet de “Mercredi c’est poésie : Marceline Desbordes-Valmore”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s